Blanche N°1 / Dan Perjovschi

 

 

BLANCHE N°1 Dan Perjovschi

200 ex. / 25×35 cm – 21×29,7 cm – 15×21 cm / 46 pages / isbn : 978-2-9543687-2-6

15 euros

 

Télécharger BLANCHE N°1 au format PDF :

BLANCHE N°1 (Livre d’artiste)

BLANCHE N° 1 (Revue)

 

Dan Perjovschi occupe une place à part dans l’art contemporain. Son oeuvre, mêlant dessin, bande dessinée et graffiti, se déploie sous forme d’installations monumentales directement sur les murs des musées , qui l’accueillent un peu partout à travers le monde, depuis plus de vingt ans. Ses dessins offrent un regard immédiat et critique sur l’actualité, la politique et les transformations culturelles de la société. Nous sommes ravis de l’accueillir pour ce premier numéro de la revue BLANCHE.

 

C’est à la suite de son exposition au Palais des Beaux-Arts, à l’institut supérieur des arts de Toulouse (isdaT), endécembre 2013 que nous avons rencontré Dan Perjovschi. Il se montre toujours très attentif aux personnes qui viennent le voir, répondant dans un français simple mais clair à toutes les questions qu’on veut bien lui poser. Dan Perjovschi est né en 1961 à Sibiu, en Roumanie, et y a vécu les bouleversements historiques et artistiques de ces dernières décennies, passant du régime communiste autoritaire de Nicolai Ceasescu à une société tourné vers l’occident et le marché. Très rapidement au cours de la discussion sa simplicité et son ouverture à l’autre transparaissent. Il commence par suivre l’enseignement dispensé dans une école d’art, mais il est vite confronté à l’académisme qui règne alors dans les pays du bloc de l’Est. Afin de se libérer du poids de cette tradition, il s’oriente peu à peu vers le dessin, technique « directe, mobile et libre ». Avec la fin de la dictature et la disparition de la censure, il intègre en tant que dessinateur et journaliste la revue Revista 22. Il commence alors à travailler sur des thèmes directement en lien avec la société et la politique, participant à l’émergence d’une nouvelle société civile en Roumanie. Il lui faudra un certain temps avant de réaliser que cette activité constitue, en fait, son véritable travail artistique. Depuis, son oeuvre se déploie un peu partout à travers le monde et sur tous les supports, du sol au plafond. Le dessin est pour lui bien plus un mode de vie et d’interaction avec le monde, qu’une forme de production d’objets statiques, voués à une conservation muséale. Il a exposé à New York, au Portugal, en Allemagne, en Espagne, en Hongrie, en Suisse, en Suède, en Angleterre… Il vit et travaille actuellement à Bucarest.

 QJ